samedi 14 mars 2015

12 - Catastrophe sur mon orteil

Sur mon doigt de pied un ongle cassé
Pendouille. C’est l’orteil pour tout dire...
Je m’entends tout haut et fort maudire
Mon gros doigt de panard, et crie “assez !”

Ma douce fiancée me réconforte
Elle met du baume où ca fait bobo
Sauf que là c’est comme une peau morte
Donc ça fait pas mal, c’est juste pas beau.

Sa caresse amène le désir,
Le feu se prolonge dans l’alcôve,

11 - Les betteraves d'Albert

Dans le département d’la Somme,
Avec leurs airs de camembert,
Végètent les poires d’Albert
Une cité pleine de pommes.

Les betteraves d’Albert,
Les betteraves d’Albert...

Il y a une basilique,
Des frites, de la bonne bière :
On y va été comme hiver,
On y devient vite éthylique.

Les betteraves d’Albert,
Les betteraves d’Albert...

Dans la gare un aéronef
Suspendu fait un long sur-place.
Les trains filent et le temps passe,
Les gens restent : c’est tout bénef.

Les betteraves d’Albert,
Les betteraves d’Albert...

Car dans cette ville où tout meurt
Jeunes et vieux sont à leur aise :
Entre verre et vent c’est balaise...
L'or du sucre leur colle au coeur.

Les betteraves d’Albert,
Les betteraves d’Albert...

Raphaël Zacharie de IZARRA



10 - Nestor, tape pas tata à Noël !

Nestor tu as fort tort de tordre encore
Le nez de ta tata qui t’a rien fait !
Au lieu de répandre le désaccord
Tu devrais apprendre à faire le café.

Tu reproches à ta tante son jus clair,
Prétextant qu’il est enfant de chaussettes...
Fais ton moka toi-même pour me plaire !
Laisse en paix ta parente pour les fêtes.

Si tu insistes tu auras mon poing
Sur ta saleté de gueule de porc !
De rester très sage et de l’ouvrir moins,
Je te le conseille mon cher Nestor !

Raphaël Zacharie de IZARRA

9 - Y’a plus de torchecul !

Dans mon cabinet irisé
Une fois fait caca dedans
M’aperçois que tout le papier
A été employé avant.

Je me dis qu’un beau nid d’oiseau
Aura mon affaire vaincue,
En guise de mouchoir ou d’eau,
Pour nettoyer mon trou du cul.

Le prochain jour que je chierai
N’omettrai point d’aller quérir
Papier-toilette en beaux carrés
Et carnet pour oublie
guérir !

Raphaël Zacharie de IZARRA

8 - Les canards verts

A la vive saison
Je sors de ma maison
Pour aller voir le pont
Par où passent les monts

Quand le temps est caca,
Qu’il pleut tout en fracas,
Qui je vois ? Les caca...
Les canards tout gagas !

Drôles de coin-coins verts
Vieux, bancals, cadaver...
Ique ! Ique ! Ique ! Hiver !
La neige noie la terre.

Je rentre sous mon toit
Couvre ma face de roi
Et pleure sur le froid,
Chaussettes à l’endroit

Raphaël Zacharie de IZARRA



7 - Le prix des artichauts a augmenté !

Au marché les verts haricots
Je les trouvais à prix réglo.
Les artichauts chers comme slips !
Qu’acheter ? Quatre tulipes ?

La philosophie m’inspira.
Je changeai les lois de ces rats
Qui gouvernent nos récoltes,
Vis le fruit de ma révolte :

Le rond légume abordable
Fut cependant immangeable.
Je me fis donc cosmonaute
Pour fuser vers l’entrecôte !

Raphaël Zacharie de IZARRA

6 - Belle nouille

Farrah Fawcett était dorée
Non telle une frite qui leurre
Mais comme une nouille au beurre.
Tous les gruyères l’adoraient !

Ses traits étaient ceux d’une fée,
Ses cheveux jaune fromage,
Ses pieds et le reste bien faits.
L’oiseau brillait en tournage.

Les spaghettis me rappellent,
Mais sans sauce bolognaise,
La douce bière irlandaise
Aussi associée à ses ailes.

Raphaël Zacharie de IZARRA



5 - La truite et le baromètre

Une triste truite se desséchait
Tout au fond de sa rivière où pêchaient
Des gros ploucs ignares et alcooliques
Qui rendaient l’atmosphère bordélique

Quand tomba à l’eau un baromètre.
L’instrument de mesure était maître
Dans l’art de se tenir droit en tout temps.
Le sot poisson mordit en l’imitant :

Il se tint vite à la verticale,
Sa tête rencontra l’appât buccal.
Alors ce con fut sorti de l’onde...
Conclusion : dans l’eau fait pas la blonde.

4 - Changez l’eau de vaisselle, le gras déborde !

Douce mie, lavez vos casseroles
Mais évacuez le cholestérol
Qui stagne dans votre eau très usagée.
Songez à changer l’onde endommagée.

Ainsi assiettes, poëles brilleront
Comme mon coeur car oui je vous aime
Quand vous astiquez, chassez le graillon
Et sentez mon étreinte ici-même.

3 - J’ai vermifugé le chat mais il a encore vomi...

Hier j’ai dû remettre le couvert :
Vermifuger le chat qui a des vers...
Ce matin pourtant il a dégueulé
Sur notre lit et tu m’as engueulé !

Ce n’est pas de ma faute si le chat
Ne cesse de rendre ses croquettes.
Elles sont chères, vise l’étiquette !
Tant qu’à tout vomir, prends du bas-achat.

2 - Soupe de carotte pour la nuit de noces

T’aimes pas les carottes mais t’en auras
Une grosse pleine de jus tu verras
Ca te fera une soupe en somme.
T’en tomberas vite dans les pommes

Tellement tu la trouveras bonne !
Un beau et pas cher cadeau de noces.
On l’enseigne pas à la Sorbonne :

1 - Spleen dans un champ de choux-fleurs

La vie, l’amour, la mort, que de questions
Me hantent, m‘angoissent au coeur de la nuit
Tandis que j’erre dans le sombre ennui
D’une aire de choux-fleurs en rangs d’oignons !

Ce champ de légumes pose problème :
 Il ne m’interpelle point, me rend blême...
Que font ces primeurs dans ma vie navrée ?
A mon avis choux-fleurs valent navets.